J'en avais envie, j'en avais besoin, et vous partagiez ce sentiment.
Mais quand je vous embrasse, plus rien ne se passe, je ne m'émeus plus de pouvoir vous toucher...
Nous nous sommes perdus

Pourtant

Je me souviens de vos mains, leurs doigtés si troublants, leurs jeux sur les corps aimés ;
De vos regards sur vos proies, du trouble que cela me donnait.
J'aurais du vous appartenir plus tôt.

Mais aurais-je osé me laisser apprivoiser par vos mains expertes ?
Accepté ce que vos désirs m'auraient poussé à faire ?
Je ne sais plus ce qu'il s'est passé

Vos mains se sont emparés des miennes, je me suis confondue avec toutes les femmes que j'ai vu.
Vous avez pensé que j'étais l'une d'elles.
Il s'est enfui - ou peut-être est-ce moi. J'ai perdu mon amant idéal.

Nos rêves sont loin.