Le Fou du Monde.
Il racontait mille histoires à qui voulait l'écouter puis s'imposait à nos pensées, à nous, qui ne voulions pas l'entendre. Il était ainsi, dans ses habits multicolores. Tantôt l'ami tantôt l'amant, du Chaos il connaissait tous les mystères. Il était l'un de ses multiples visages.

Il était mon cauchemar, dansant dans la nuit.
Je sanglotais, inconsolable. Que cherchais-je ? A lui échapper ? Je croyais que les yeux fermés, il ne me verrait pas. Mais il s'approchait, sournoisement, sourire aux lèvres, faisant tinter ses nombreux grelots.

Le ciel est si noir... Depuis combien de temps le soleil a-t-il tant de peine à percer les nuages ? Je ne vois plus.
Il ne me quitte pas. Que scrute-t-il vraiment dans le creux de mon esprit ? Il vole mes larmes, les boit avec délectation, se nourrit de la peine et du mal au bord de mes lèvres.
- Pleure donc encore, triste visage, chantonne-t-il, ton corps pourrira sur terre, ton esprit aux enfers. Comment seront les songes, dans l'autre monde ?
Et sans arrêter sa morbide chanson, il m'emporte dans sa transe, arrache à mon corps un dernier sanglot, détruit ma chair et joue avec mon âme, me guidant dans les entrailles de la terre...